Faire de l’émission / réception avec un Red Pitaya

Intrigué dès le début par les technologies SDR, j’ai fait mes premier pas avec les montages de Tasa YU1LM. J’avais assemblé
une carte ADTRX1-V1 qui fonctionnait à merveille avec son oscillateur local Si570 !

Après avoir joué pendant quelques années avec l’ADTRX1-V1,  j’ai fait l’aquisition d’une carte RedPitaya.

Il s’agit d’un micro ordinateur équipé de convertisseur A/D et D/A d’une résolution de 14 Bits. Le système (Linux) est chargé dans une carte mini-SD
Quatre connecteurs SMA (2 entrée et 2 sorties HF) sont disponibles et sélectionnables dans le logiciel HPSDR.

La carte seule, permet de faire de l’écoute de DC à 63Mhz.
La qualité de réception est impressionnante. Pas besoin de filtres passe-bande.

Le driver

Pour émettre, il faudra s’équiper d’un driver afin d’amplifier le signal HF fournis par la sortie HF.
La puissance d’émission sortant de la prise SMA n’est que de 10mW. J’ai choisi un petit driver de chez KN-electronic, le FET-PA10 peut travailler de 1.8 à 50Mhz, c’est le driver parfaitement adapté au RedPitaya puisque je dispose désormais de 10W pour exciter le PA suivant.

Voici les instructions de montage livrée avec le kit. En Français, en Allemand

Un multimètre est nécessaire pour régler les courants de polarisation.

Le kit assemblé, et monté sur un radiateur de CPU

L’ampli de puissance

Pour pouvoir trafiquer confortablement, ou exciter mon ampli Ameritron, j’avais besoin d’une puissance d’au moins 70W.
Mon choix s’est porté sur l’excellente publication de F6BCU, je vous recommande son site qui constitue une véritable mine d’or !

Dans ma construction, l’ampli Jumbo 2 est alimenté en 28 volts afin d’obtenir une puissance proche de 100w.
80w sera la puissance maximale délivrée. Au delà, les MOSFET IRF510 ne survivront pas.

Pour la commutation RX/TX, Je n’ai pas utilisé le système de détection HF. L’ampli est commandé par le RedPitaya

La doc relative à cet ampli de puissance est ici. Ma version est le Jumbo 2, deux paires de MOSFET IRF510 montés en push-pull

Lors de la construction, mettez des semelles thermoconductrices en silicone ! Non pas en mica. La transmission de la chaleur dans le dissipateur est très mauvaise.

La suite bientôt !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code